Revue de presse

Témoignage de Adèle à la prison de Fresnes

Il est difficile de dire que mon arrestation à l’aéroport de Paris en juillet 2010 était une véritable surprise et je prie Dieu que vous puissiez comprendre une partie de ma vie et de ma démarche spirituelle.

J’étais en transit entre l’Amérique du Sud et l’Europe. Bien sûr, je connaissais le risque de ma mission. Mais elle me paraissait si lucrative que je n’ai pas hésité. J’arrive, à la douane, je prends du retard. Aussi je commence à m’inquiéter un peu. Suis-je partie pour vivre ce que je redoutais ?

Ils m’ont demandé d’attendre, ils contrôlent mes papiers. Pendant un temps indéterminable, je fais les 100 pas dans un local de la police de la douane. Plus j’attends, plus ma conviction augmente: je me suis fait prendre… Je suis tellement absorbée dans mes pensées que je n’ai pas vu le douanier s’approcher de moi. « C’est bien vous, Adèle », me demande-t-il en comparant mon visage avec la photo sur mon passeport. « Vous venez de Rio de Janeiro ? » Je lui réponds « Oui, c’est cela » et je garde instinctivement un sourire poli malgré mon âme en peine. Il me demande de le suivre dans une autre pièce où d’autres douaniers à visages sévères m’attendent. Ils constatent la validité de mon passeport, ils me fouillent et trouvent de la cocaïne…

Maintenant je sais que je vais me retrouver en prison et qui sait pour combien de temps. La police douanière fait son travail et je constate que 3 sur les 6 agents semblent vraiment désolés pour moi, comme s’ils me connaissaient. Après, ils me confient à la police qui est venue me chercher pour m’amener au poste. Là, ils m’interrogent pendant 2 jours et je pleure comme jamais. Puis, dans le poste, me vient à l’esprit l’histoire de Joseph dans la Bible « et Dieu était avec Joseph » et je me rends compte que le Seigneur est avec moi… Je reconnais lui avoir désobéi. Il faut dire quand la police est venue me chercher l’un des douaniers m’a glissé à l’oreille : « Dieu te garde ». Et à ce moment-là, je commence à avoir honte devant Dieu et lui demande de me pardonner. Aussi je prie : « Oui, je suis comme une brebis égarée, partie de mon côté», je t’ai trahi, « mais le Seigneur a pris sur lui mon péché». Sachez que je suis née dans une famille chrétienne vivante et engagée, partageant la Bonne Nouvelle de Dieu autour d’elle. Et pourtant, je suis devenue une enfant prodigue. La Bible dit que « personne n’est bonne », mais « la main du Seigneur n’est jamais trop courte pour sauver » : « Invoque-moi et Je te répondrai».

J’avais toujours besoin de beaucoup d’argent, voilà mon problème. Voulant aller vite, ne pas attendre le temps de Dieu. Pour l’argent, j’ai finalement trahi mes frères à l’église, ma famille, mes enfants, mes amis, ma foi. Les larmes coulent dans ma cellule et je prie Dieu comme jamais auparavant, désolée, impuissante. Plus je prie, plus ma culpabilité augmente, je me sens comme un enfant prodigue. J’ai voulu faire ma vie à moi sans Dieu. J’ai reconnu ma défaite, mon impatience du temps de Dieu. Sans trouver le sommeil, je prie toute la nuit. Sur le matin, m’étant endormie et au réveil, la parole vient à moi « ceux qui mettent leur confiance en Dieu prennent des forces nouvelles ». Ma tête est de nouveau en place pour aller voir le juge. Et je commence à prier très régulièrement pour supporter la vie en détention. Il me vint alors à l’esprit qu’auparavant j’avais même prié pour les détenus et je suis allée en visiter quelques-uns dans le cadre de mon église. Et maintenant, c’est moi qui me trouve en prison… Mais ici, Dieu me parle à nouveau : « vais l’attirer, la conduire dans le désert et parler à son cœur… » Osée 2. Même si ma communauté apprend ce que j’ai fait et me juge, Dieu tu ne me condamnes pas. « même dans la vallée de l’ombre de la mort, tu es avec moi».

En prison, une femme détenue me voit prier : « Adèle, comment fais-tu pour prier avec tant de joie et même encore pour les autres détenus ? Comment sais- tu que Dieu te pardonne ? Comment peux-tu remercier Dieu d’être en prison ? »

Alors je partage avec elle l’amour de Dieu, ce que je vis avec lui, ce qu’il fait dans ma vie. Après, elle vient régulièrement me rejoindre quand je prie. Elle me pose pas mal de questions, aussi elle demandé quelle Eglise je fréquente. Je réponds à la femme que je suis une chrétienne née de nouveau. Mes péchés sont lavés, pardonnés par le sang du Christ. Je suis heureuse, en paix avec Dieu et j’ai très envie de partager ce qui m’arrive avec d’autres à la recherche de Dieu.Elle est très heureuse quand je lui dis que Dieu l’aimait. Elle vient alors me présenter une autre personne détenue qui s’était également éloignée de Dieu. C’est elle qui m’a présenté l’aumônier protestant de la prison et ses cultes hebdomadaires. Je m’y suis inscrite et ai rencontré deux sœurs qui donnaient de leur temps pour partager la Parole de Dieu avec nous.

À partir de ce moment, je suis redevenue moi-même. « Même si je marche dans la vallée de la mort je ne crains rien» et même si je suis en prison, Dieu, à travers d’autres reconstruit ma vie spirituelle avec sa parole de réconfort. Oui, je suis redevenue moi-même, je participe aux cultes. Je me sens toute neuve, ayant retrouvé la joie du salut de Dieu, même si la chair ressent l’épine de la détention : « la joie du Seigneur est ma force». Au moment où j’écris ces lignes, je suis toujours en prison. Dieu me donne des occasions de m’adresser à d’autres femmes détenues, de partager avec elles la Parole d’un Dieu d’amour et de pardon. Elles rejoignent le plus souvent l’aumônerie protestante, confessent leurs péchés à Dieu, reçoivent le pardon et une vie nouvelle s’ouvre devant elles. En fait, entre quinze et vingt femmes viennent également prier avec moi en promenade les dimanches après-midi en prison. Je constate combien de personnes recherchent Dieu dans ce lieu, combien demandent de prier avec elles.

Je constate que Dieu agit dans ma vie et qu’il m’utilise en prison comme un instrument pour partager sa parole d’espérance, l’évangile du salut et de l’amour. Même si le chemin où je dois passer est très pénible, j’entends que « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu » (Rom. 8).
C’est une réalité, depuis mon incarcération, je suis revenue au Seigneur. D’abord, j’ai pensé que mon péché était trop lourd. Mon passé m’avait entravé jusqu’au jour où je l’ai remis à Jésus afin qu’il m’aide à contrôler ma vie entière. Si cela n’est déjà fait, en lisant ce texte, vous aussi, vous pouvez remettre votre vie à Dieu. Donnez-lui vos soucis, vos problèmes, vos faiblesses, votre désobéissance, vos erreurs, il vous donnera sa paix, sa joie, la santé, son salut, la vie éternelle. Peut-être vous avez des êtres chers, en prison ou esclaves de la drogue (c’est la prison dans la prison…) Dieu m’a pardonné de façon incroyable, A votre demande, il vous pardonnera de la même manière : « nous sommes sauvés par la grâce et non par les œuvres » et « c’est aujourd’hui le jour du salut ». Vous ne tomberez alors jamais plus bas que dans la main de Dieu. Il est toujours prêt à vous relever et à vous aider à reconstruire votre vie.

Dieu me donne cette épreuve pour lui permettre de me conduire et le servir. Que Dieu, notre salut, nous bénisse et nous garde. Amen.

Adèle
(Noms propres et lieux modifiés par souci de protection) – 10/19 – RME-

Culte d’évangélisation à Mulhouse le 29 septembre avec Brother Charls

Brother Charls , sensible à la détresse humaine, n’oublie pas ceux qui peuvent être oubliés au sein de leur prison. Il soutient le ministère des aumôniers de prison et intervient régulièrement à la prison de Nancy pour apporter un peu de musique et de lumière à ceux qui sont à l’ombre.

C’est donc en toute logique que le chanteur a souhaité marquer son soutien auprès des personnes détenues en devenant partenaire de La CEDEF. Pour concrétiser ce partenariat, une partie des recettes liées à la vente de l’album « Quel est donc Celui-ci ? » sera reversé au profit des œuvres de la CEDEF

La prière d’un détenu

Seigneur,

Je ne sais pas comment te prier,
Si je dois te dire tu, te dire vous ou ne rien dire.
Mais du fond de ma cellule je te lance ce cri,
Ce cri de détresse d’un détenu qui souffre au plus profond de son âme.

J’aimerai te prier pour ceux que j’aime,
Pour ceux qui m’aiment, mais aussi pour ceux qui m’ont oublié
Je veux te prier pour tout ces gens qui sont contre moi
Et pour qui parfois je ressens de la haine.
Aide-moi mon Dieu à les aimer comme tu le veux,
Afin que je puisse les voir avec ton regard d’amour et non plus avec le mien.

Donne-moi ta patience quand des conflits naissent entre codétenus,
Donne-moi ton amour quand des insultes fusent à mon intention,
Donne-moi ta force quand je me sens brisé par la justice,
Donne-moi ta paix quand je suis angoissé face aux événements.
Donne-moi de me reposer sur Toi chaque jour.

Je te prie Seigneur pour ces moments difficiles que je traverse
Car c’est à travers eux que je sens ta présence
Et ton amour tout autour de moi.
Aide-moi à croire chaque jour en ton amour.
Et que le doute laisse place à la certitude,
Cette certitude que Toi tu m’aimes
Et que je peux toujours compter sur toi.

Comme un noyé qui sombre doucement,
Attiré par les profondeurs des abysses,
S’accroche à une bouée,
Je m’accroche désespérément à toi
Et je sais que tu m’amèneras jusqu’au rivage.

Les courants de la vie pourront me balloter, me chavirer,
Parfois même me submerger,
Je sais que tu es là et que je peux m’appuyer sûr toi.
Merci Seigneur d’avoir entendu la prière
Du simple détenu que je suis
Et qui pourtant à tant de valeur à tes yeux.

Amen

Tiré du guide de survie du chrétien en prison

Longuenesse : comment les détenus passent-ils leurs diplômes en prison ?

En France, les détenus ont la possibilité de passer un diplôme en prison. Ainsi, dans les Hauts-de-France, l’Education Nationale en partenariat avec les services pénitentiaires, dispensent un enseignement qui méne à des diplômes : CAP, Bac pro ou diplôme de langue française. Lire la suite

Prison de Poissy: environ 60 millions d’euros pour la rénovation (Belloubet)

Environ 60 millions d’euros vont être investis dans la rénovation de la maison centrale de Poissy (Yvelines), dont une partie du mur d’enceinte s’est effondré fin mars, a annoncé mercredi la ministre de la Justice Nicole Belloubet. Lire la suite