Qui sommes-nous

image guide+Bible webLa CEDEF – Commission d’entraide auprès des détenus et de leurs familles – est née en 1983, après la visite en France de Charles Colson, impliqué dans l’affaire du Watergate, s’étant converti en prison et ayant motivé les chrétiens au témoignage de Christ en prison.

La CEDEF désire susciter l’intérêt et la prière pour le monde de la prison dans les Eglises évangéliques.

Pour cela, ses membres sont disponibles pour venir faire un exposé dans les Eglises qui le demandent. Elle désire aussi accompagner les personnes qui souhaitent devenir aumônier de prison (en lien avec la commission Justice et prison de la FPF) ou visiteur de prison (avec les chefs d’établissements pénitentiaires). Elle gère un important service de correspondance entre chrétiens et détenus, par le biais de sa boîte postale.

la CEDEF s’est créée d’abord au sein et comme une commission de l’Alliance évangélique française, et reprise par le CNEF en 2010

Le juge et le condamné, témoignage de Charles Colson

Charles Colson est cet ancien conseiller du président Nixon, compromis dans l’affaire de Watergate et emprisonné ensuite durant plusieurs mois. Devenu chrétien, il se consacre à l’évangélisation des prisons américaines. A son groupe Amitiés Prisons se joignent souvent

des visiteurs bénévoles pour annoncer l’Évangile aux prisonniers. Après une de ces visites, au moment de passer au contrôle de la sortie, Colson constata qu’un des bénévoles, le juge Clément, n’avait pas suivi le groupe. Mécontent, il revint sur ses pas et le trouva dans la cellule du détenu James Brewer. « Juste une minute, dit le visiteur à Colson. C’est important. Vous savez, c’est moi qui ai condamné James à la peine maximale. Mais maintenant il est mon frère et nous avons besoin d’une minute pour prier ensemble.

« Je restai pétrifié sur le seuil de la cellule, raconte Colson. Devant moi il y avait deux hommes ; l’un avait le pouvoir, l’autre n’en avait aucun; l’un était un Blanc, l’autre un Noir; l’un avait condamné l’autre. Partout ailleurs que dans le royaume de Dieu, ce détenu aurait été prêt à tuer ce juge de ses mains nues. Mais là ils étaient un, et leur visage reflétait une extraordinaire expression de bonheur tandis qu’ils priaient ensemble. En sortant de la prison, le juge Clément, très ému, m’expliqua qu’il avait prié pour Brewer chaque jour depuis qu’il l’avait condamné, quatre ans auparavant ».

Repris du calendrier de la Bonne Semence