Mr l’aumônier, pourriez-vous aider …

… mon camarade de cellule à rédiger une lettre

Voilà une demande inhabituelle de la part d’un détenu. Elle émanait d’un Turc (O.G.) parlant français pour un autre Turc (A.G.) ne parlant presque pas le français. Mais elle était surtout une sorte d’appel au secours.

En effet, A.G. arpentait de long en large sa cellule (12 m2) toutes les nuits (et les journées aussi) car il n’arrivait pas à se défaire de la tête le fait qu’il avait provoqué (alors qu’il avait trop bu après un mariage) un accident dans lequel une personne était décédée et une autre restée handicapée :

 

il avait pris l’autoroute à contre sens ! « Comment pourront-ils (la famille des victimes) me pardonner ? ». L’aumônier du Doubs que je suis dans une maison d’arrêt de Haute- Saône était appelé à la rescousse pour A.G., habitant le Territoire de Belfort, marié et père de 3 enfants… Quand quelqu’un se trouve dans les tourments (imaginez- vous : des regrets constants et l’impression de ne pas être entendu !), il fait appel à l’homme de Dieu.

Je lui ai alors parlé du pardon que Dieu pouvait et voulait offrir à ceux qui se repentent et l’ai encouragé à prier. Mais je l’ai aussi aidé à formuler cette fameuse lettre qu’il a ensuite envoyée à la famille des victimes, dans laquelle il leur demandait pardon pour l’accident qu’il avait causé. Pour l’instant, il n’a pas reçu de réponse… Plus tard, je lui ai aussi offert une Bible en turc, qu’il a de suite, devant moi, commencé à feuilleter et à lire. Et je prie que le Seigneur Jésus-Christ, l’auteur de notre pardon offert à la croix, parle à A.G. directement par sa Parole. Entre temps, O.G. est sorti (lui qui est très ouvert à la foi des chrétiens) : il va recevoir ma visite. Et A.G. a maintenant un autre camarade de cellule, un Algérien qui fait ses prières (musulmanes) cinq fois par jour… Mais la Bible est toujours en possession de son compagnon A.G. Esaïe 55 :11 est alors pour nous un grand encouragement !

PASTEUR CHRISTOPHE HAHLING, AUMÔNIER DE PRISON,

PRÉSIDENT DE LA CEDEF