Correspondant(e)

POUR DEVENIR CORRESPONDANT DE LA CEDEF

il faut :

  • être un chrétien affermi, souscrire à la confession de foi du CNEF.
  • avoir un comportement équilibré,
  • avoir du temps disponible (l’engagement minimum attendu est de un an),
  • aimer écrire,
  • avoir plus de 25 ans et le faire en couple ou en groupe dans une église
  • prier pour les détenus,
  • Envoyez votre demande à : CEDEF, B.P. 3909 75421 Paris Cedex 9
  • ou veuillez nous écrire

voici un courrier qu’a reçu une correspondante de prison…

« Enfin, j’arrive au bout de cette épreuve, ça aura été dur, mais j’ai fait la connaissance de Jésus Christ, et de la bonne nouvelle. Grâce à lui je vais changer ma vie. La foi me porte et j’ai repris des forces pour l’avenir… je serai bientôt dehors, mais je continuerai de vous écrire, bien au contraire, car je vous considère comme une marraine dans ma foi.» …. Bonne route avec le Seigneur…

LES BESOINS DES DETENUS

Ils sont :

  • seuls, séparés de leur famille, de leurs amis, coupés du monde extérieur, limités dans leurs communications, démunis, dévalorisés, voire infantilisés. Parole d’un détenu : ici on ne tue pas le temps, c’est le temps qui vous tue ! abattus, découragés, perdus dans les dédales du monde judiciaire, amers, rejetés par la société, désespérés quant à leur avenir.

Votre correspondance peut être une bouffée d ‘air frais dans un environnement confiné.

La population carcérale est composée de 4% de femmes et de 96% d’hommes dont 70% sont seuls et isolés du point de vue familial. Les hommes souffrent davantage des conditions carcérales et en particulier de l’absence féminine en prison.

La CEDEF recrute pour la correspondance de préférence des couples chrétiens sensibles à ce besoin. Le correspondant ou la correspondante (de préférence mariée) a donc la possibilité de correspondre avec les détenus hommes. Il ou elle sera protégé par la boîte postale de la CEDEF et par un pseudonyme. Ecrire à un détenu est une correspondance comme une autre qui doit cependant tenir compte des spécificités du monde carcéral. Toute lettre reçue ou envoyée passe par la censure de la prison.

Voici quelques conseils :

  • Ecrire lisiblement est une façon de respecter votre correspondant.
  • Ne mettez pas votre nom ou votre adresse personnelle au dos de l’enveloppe mais utilisez votre pseudonyme avec l’adresse de la B.P. de la CEDEF.
  • Ne tutoyez pas d’emblée le (la) détenu(e).
  • Ne lui envoyez pas de colis. C’est interdit sauf à la période de Noël où les envois sont réglementés. Si vous désirez offrir une Bible ou un livre religieux, adressez-vous à son aumônier protestant ou catholique (la CEDEF vous communiquera son nom et son adresse) qui le lui transmettra.
  • Essayez une à deux pages par lettre. Au début, évitez de poser des questions trop personnelles (raisons de l’incarcération, etc.). Ne partagez aucun renseignement personnel vous concernant.
  • L’enfermement fait de la prison une «caisse de résonance » : tout est amplifié. Pesez donc vos mots et vos propos !
  • Dans votre désir de partager la Bonne Nouvelle, évitez de « prêcher » dans vos lettres.
  • Trouvez des centres d’intérêt comme le sport, le travail, les cours par correspondance, etc.
  • Ne répondez pas aux demandes d’argent ou de visites, coups de téléphone auprès de membres de la famille ou d’avocats. S’il arrive qu’une demande vous mette mal à l’aise, n’hésitez pas à en parler avec le ou la responsable de la correspondance à la CEDEF.
  • Armez-vous de « foi, de patience et d’amour » (1 Co 13.13). Il ne s’agit pas d’un créneau facile : pour les miracles, le plus souvent il faut un délai !
  • Un bon discernement est la clé pour une correspondance utile. Ne vous laissez pas duper par des histoires dramatiquement exagérées. Sans doute y a-t-il beaucoup d’injustice en prison mais ne vous contentez pas d’un seul «son de cloche».
  • Et surtout, priez que le Seigneur vous aide. Vous dépendez entièrement de lui !
  • Ne sous-estimez pas la valeur de votre relation. Peut-être n’en verrez-vous pas tout de suite les fruits mais soyez assuré(e) que l’amour que vous portez est une semence qui lèvera en son temps. Souvenez-vous de la recommandation que Jésus donne à ses disciples en mission :
  • Soyez prudents comme le serpent et simples comme la colombe. (Mt 10.16)

Quelques livres pour mieux comprendre la vie en détention

  • Marc Rey, Le pasteur et le prisonnier, Excelsis, 2008, 126 p.
  • Gérard Peilhon, Dieu à l’ombre,Tome I, Édition Ligue pour la lecture de la Bible, 2004,238 p. et tome II, 2005, 302p.
  • Philippe Auzenet, Quand la justice nous casse, Édition le Sarment-Fayard, 2001, 330p.

À vous qui souhaitez devenir correspondant(e), il vous est demandé tout simplement de bien vouloir nous envoyer un mail ou nous écrire pour courier à l’adresse suivante.

CEDEF
BP 3909
75421 Paris cedex 9

Indiquez nous votre :
Nom – Prénom
Adresse – Téléphone – E-Mail
Église

Vos motivations pour devenir correspondant(e)